Réseau Fukussenheim

Le réseau "Fukussenheim" (contraction de Fukushima et Fessenheim) est membre du réseau Sortir du nucléaire.

Depuis la survenue de la catastrophe de Fukushima le 11 mars 2011, il a mené les actions suivantes:

I) Lancement d'un appel international le 13 avril 2011«FUKUSHIMA» Appel mondial aux imaginaires et aux compétences

II) De juin 2011 à décembre 2011: participation au mouvement des Indignés (Paris, Marche des Indignados d'Espagne à Bruxelles, Occupation de l'esplanade de la Défense...)

III) A l'été 2012, afin de réveiller le souvenir des luttes antinucléaires victorieuses et pour tenter de contrecarrer l'omerta qui a commencé à s'installer autour de Fukushima, il organise la "caravane à vélo, de Plogoff à Fessenheim-Wyhl, des indignés du nucléaire; de plus en plus inquiets"

IV) Un appel solennel avec exigence de la fermeture, dans les plus brefs délais, de la centrale de Fessenheim a été lancé le samedi 11 octobre 2014 lors d’un forum tenu à Orléans

auquel participaient :

  • Suzanne Rousselot, Stop Fessenheim, réprésentant l'ensemble des associations anti-nucléaires alsaciennes
  • Catherine Ségala, NPA
  • Fabrice Van Borren, Nouvelle Donne Loiret

Participants excusés du fait d'une cascade de faits imprévus et de faits prévisibles, le forum ayant été avancé pour répondre à la contrainte du vote le 14 octobre en procédure accélérée de la loi de transition énergétique (incompatibilité de la nouvelle date, w-e chargé en manifestations diverses...)

  • Yannick Rousselet, Greenpeace
  • Françoise Chanial, Les Amis de la Terre
  • Corinne Lepage, Cap 21 (procès Xynthia)
  • Clémentine Autain, Ensemble (maladie)
  • François Longérinas, Parti de Gauche (adversité)
  • Corinne Morel-Darleux, Parti de Gauche
  • Julien Bayou, EELV (exigences de fonction)

Nous vous invitons à signer cet appel
et à le diffuser largement:

Au regard des conséquences de la catastrophe de Fukushima qualifiée d’apocalyptique le 15 mars 2011 par le Commissaire européen à l’énergie, Günther Oettinger, face à l’inertie qu'elles suscitent en France, nous, citoyennes, citoyens et organisations signataires, sommes plus qu’interrogatifs.

Nous sommes scandalisés par la désinvolture et/ou le déni des dirigeants d’EDF et de l’Etat français, actionnaire d’EDF à 85%.

Ils se sont montrés incapables jusqu’à aujourd’hui, contrairement à ceux de plusieurs autres pays, d’en tirer, au-delà des mots, les enseignements en terme de dénucléarisation effective de notre pays.

Ils ont notamment reporté sine die la fermeture de la centrale de Fessenheim, la plus vieille centrale française en activité. Cette fermeture, objet d’un accord pré-électoral entre le Parti Socialiste et Europe Ecologie-Les Verts, était prévue pour être immédiate au lendemain de l’élection présidentielle du 6 mai 2012. A priori la chose n’était pas impossible puisqu’un engagement pré-électoral identique, pris par la future première ministre québécoise a, lui, été tenu.

En conséquence nous, citoyennes, citoyens et organisations signataires, exigeons que l’arrêt définitif de la centrale de Fessenheim soit effectif avant la fin 2014. La date de l’arrêt devra être fixée avant la nomination du prochain PDG d’EDF, c’est-à-dire au plus tard le 22 novembre 2014.

La rédaction

Rédigé le 2020-04-05

Autres articles

edf particulier mon compte